Traitement de l'hygroma du genou à Nîmes (Gard)

Les médecins du cabinet de chirurgie orhopédique situé à Nîmes (Gard) vous informent sur le traitement de l'hygroma du genou.

Accéder à :

Qu’est-ce que c'est ?

Il s’agit de l’apparition d’une tuméfaction en regard de l’articulation touchée (coude ou genou). La bourse séreuse, espace de glissement normalement « virtuel », se remplit d’un liquide et la tuméfaction apparaît : on parle d’hygroma ou de bursite (inflammation de la bourse séreuse).

L’hygroma du genou est une inflammation de la bourse séreuse (bursite) se trouvant en avant de la rotule.

Cette inflammation va entrainer une augmentation du volume de la bourse séreuse avec apparition de liquide.

Quelles en sont les causes ?

Cette inflammation peut être due à de petits traumatismes répétés, à la présence d’un corps étranger, à une pathologie rhumatismale (polyarthrite), une pathologie à microcristaux (goutte) ou à une infection (qui débute souvent à partir d’une petite lésion cutanée).

Elle peut survenir en cas d’hyper-sollicitation (carreleurs, pratique sportive intensive...).

L’hygroma touche préférentiellement les hommes.

Quel type de traitement ?

  • Arrêt des mouvements répétés ou des microtraumatismes.
  • Prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens par voie orale.
  • Immobilisation de l’articulation quelques jours.
  • Ponction.
  • Intervention.

En cas d’échec du traitement suscité, la chirurgie est nécessaire.

Lorsque le traitement médical devient inefficace et en cas de gêne, il est possible de réaliser une chirurgie d’exérèse : c’est la résection d’hygroma du genou.

Parfois l’hygroma peut se surinfecter, l’intervention devient urgente.

En accord avec votre chirurgien et selon la balance bénéfice-risque, il vous a été proposé une résection d’hygroma du genou. Le chirurgien vous a expliqué les autres alternatives. Il va de soi que votre chirurgien pourra, le cas échéant en fonction des découvertes peropératoires ou d’une difficulté rencontrée, procéder à une autre technique jugée par lui plus profitable à votre cas spécifique.

 

Déroulement

Quel traitement ?

La chirurgie se pratique sous anesthésie générale ou locorégionale. La cicatrice est verticale en avant de la rotule. La bourse séreuse, située immédiatement sous la peau, est disséquée puis retirée en totalité. Elle peut être envoyée en analyse pour étude histologique mais cela n’est pas systématique.

La peau est ensuite refermée. La mise en place d’un drain n’est pas systématique. La chirurgie est souvent réalisée en ambulatoire.

En cas d’infection, un traitement antibiotique sera entrepris pour une durée qui sera décidée par le chirurgien. La sortie sera alors différée de quelques jours afin de surveiller l’évolution de la cicatrice et s’assurer de la bonne évolution de l’infection.

Après l'intervention

Selon votre profession vous aurez un arrêt de travail de quelques jours. L’appui complet sur la jambe est autorisé.

Les béquilles sont rarement nécessaires. La rééducation sera courte avec travail des amplitudes articulaires sans limitation.

La reprise des sports sera autorisée dès que la peau sera bien cicatrisée c’est-à-dire autour de 3 semaines.

Complications

Quelles sont les complications ?

Les complications sont heureusement rares, mais il faut avoir conscience des risques, aussi minimes soient-ils. En effet, la survenue d’une complication rallonge souvent la récupération, compromet souvent le résultat attendu.

Un traitement complémentaire, spécifique est souvent nécessaire. Si la plupart des complications guérissent avec des séquelles mineures, certaines peuvent laisser un handicap lourd, très important. En plus des risques communs à toute intervention chirurgicale et des risques liés à l’anesthésie, notons quelques risques plus spécifiques à cette chirurgie.

La liste n’est pas exhaustive et une complication particulièrement exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou à une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

Quels sont les principaux inconvénients et risques précoces éventuels de l’intervention ?

  • L’hématome ou épanchement de sang.
  • Les infections.
  • Les ennuis cicatriciels
  • La paralysie nerveuse et les troubles sensitifs.
  • Une blessure accidentelle des tendons.
  • Un œdème.
  • Les complications veineuses.
  • Les complications générales :
    • Les complications cardiovasculaires.
    • Un délire postopératoire.
    • Une rétention urinaire.
    • Des nausées.
    • Des réactions allergiques.
    • Des risques de l’anesthésie.

Quels sont les principaux inconvénients et risques tardifs éventuels de l’intervention ?

  • La récidive
  • L’algoneurodystrophie ou algodystrophie
  • Des douleurs
  • La raideur
  • Risques liés au tabagisme
Résultats attendus

Les résultats attendus

Cette chirurgie est très simple et la récupération est très rapide.

La cicatrisation cutanée est terminée après une quinzaine de jours. La flexion est alors complète et la rééducation peut être rapidement arrêtée.

Le travail est repris selon un délai variable en fonction de l’activité pratiquée.