Fracture de la cheville à Nîmes (Gard)

Les médecins du cabinet de chirurgie orhopédique situé à Nîmes (Gard) vous informent sur la fracture de la cheville.

Accéder à :

Qu’est-ce que la fracture de la cheville ?

La fracture de cheville survient lors d’une chute ou mouvement de torsion. Elle peut concerner la malléole interne, la malléole externe ou les deux malléoles. Les signes cliniques sont la douleur importante et le gonflement. La radiographie confirme le diagnostic clinique.

C'est une radiographie de la cheville.

L'anatomie

Selon la localisation, la complexité et le type de fracture la méthode thérapeutique sera différente.

Le traitement orthopédique

L’indication du traitement orthopédique de la fracture de cheville est l’absence de déplacement et la stabilité de la fracture. Une immobilisation à type de botte en résine est confectionnée.
L’appui est interdit pendant un mois et demi.

Après consolidation, la botte est ôtée, l’appui est repris.La rééducation pour retrouver la mobilité de la cheville est débutée.

Les risques du traitement orthopédique

  • Déplacement secondaire de la fracture nécessitant alors une intervention chirurgicale
  • Phlébite. Formation d’un caillot à l’intérieur d’une veine. La stase veineuse, due à la diminution de la mobilité en postopératoire ou à la diminution de retour veineux lors une immobilisation post traumatique (attelle, plâtre, etc.), favorise la formation de caillot (ou thrombus) dans les veines.
  • Pseudarthrose. Absence de consolidation d’une fracture. Au lieu du cal osseux, il se développe un tissu fibreux non rigide, la mobilité au sein du foyer donne l’impression d’une fausse articulation.
  • Algodystrophie. Complication imprévisible de certaines pathologies des membres supérieurs et inférieurs, déclenchée par un traumatisme parfois minime ou une intervention chirurgicale même mineure.
  • Syndrome des loges. C’est une ischémie musculaire provoquée par une augmentation anormale de pression au sein d’une loge anatomique.
Déroulement

Déroulement de l'intervention de la fracture de cheville.

Comment se passe votre intervention ?

Toutes les interventions ci-dessous se déroulent au bloc opératoire en salle d’orthopédie dans des conditions rigoureusement aseptiques. Le patient a bénéficié de la préparation cutanée d’usage en chambre avant d’être conduit au bloc opératoire. Comme pour la plupart des interventions en chirurgie orthopédique, une antibiothérapie péri opératoire est instituée selon les recommandations de la SFAR (société française d’anesthésie et réanimation) Le patient est installé sur la table opératoire. Après la préparation cutanée d’usage au bloc opératoire, les champs stériles sont placés.

Selon la localisation, la complexité et le type de fracture la méthode thérapeutique sera différente :

  • L’ostéosynthèse par broches. Cette méthode chirurgicale, la moins invasive, les broches servant à maintenir la réduction. Une fois la réduction de la fracture obtenue sous contrôle radioscopique, le chirurgien pose une ou plusieurs broches en percutané. Elle peut également être choisie lorsque lemauvais état cutané contre-indique toute incision chirurgicale.
  • L’ostéosynthèse par plaque et vis : L’incision se fait en regard de la fracture de façon à la visualiser. Le chirurgien réduit la fracture, pose la plaque et la fixe avec plusieurs vis.

Radio médicale de l'ostéosynthèse de fracture de cheville. L’incision se fait en regard de la fracture de façon à la visualiser. Le chirurgien réduit la fracture, pose la plaque et la fixe avec plusieurs vis.

Ostéosynthèse de fracture de cheville

Les suites opératoires

Une botte en résine (ou une attelle) est confectionnée pour empêcher les mouvements de la cheville. L’appui est interdit en postopératoire pendant un mois et demi.

Un traitement anticoagulant préventif est institué pendant cette période.

Après consolidation, l’immobilisation est ôtée, l’appui est repris. La rééducation pour retrouver la mobilité de la cheville est débutée. Le matériel d’ostéosynthèse est retiré entre 1 mois et demi et 12 mois après l’intervention selon le type de matériel utilisé pour l’ostéosynthèse.

Complications

Quels sont les risques de l'intervention ?

  • Des difficultés per-opératoires
  • Les lésions neurovasculaires
  • Les lésions tendineuses
  • Les thromboses veineuses.
  • Les infections
  • Tabac
  • L’hématome
  • Syndrome douloureux régional ou algodystrophie
  • Les troubles de la cicatrisation (simple retard ou désunion)
  • Les complications osseuses

Les complications générales

  • Délire postopératoire
  • Rétention urinaire
  • Nausées
  • Réactions allergiques

Quelles sont les séquelles possibles ?

  • La persistance de douleur
  • La persistance d’une raideur plus ou moins importante du gros orteil
  • Le gonflement (oedème)
  • Une insuffisance de récupération musculaire
  • Arthrose de la cheville